ASSOCIATION des
COMBATTANTS de
l'UNION
FRANÇAISE
Anciens du C.E.F.E.O., d'Indochine, de Corée, de Madagascar, d'A.F.N., des T.O.E. et OPEX
Association affiliée à la Fédération Nationale André Maginot (Groupement 50)

Les Aviateurs dans la guerre d’Indochine

Auteur : Jean-Pierre SIMON

Résumé :

Compte-rendu de lecture 06/10/2017
G.FROGER à Paul LAURENT

Ce document est un livre présenté en forme de « Collection Exceptionnelle »

Présentation
Livre historique de référence qui se lit par année et par action, présenté en forme de témoignages (44 témoins, 15 profils de médaille + 24 extraits de récits de guerre présentés pour le 50ème anniversaire de la bataille de DBP).
Difficile à lire d’un seul trait. Sert à être consulté comme référence en cas de recherche sur un point particulier.
Photographies nombreuses et souvent inédites, mais quelques photographies aériennes pas très claires. Photos de militaires prises sur le vif, ou lors de mise à l’honneur.
Dessins clairs montrant notamment les abris de canon Viets.
On découvre le rôle indispensable de l’aviation (Chasseurs, bombardiers, transporteurs) qui sera critiquée par Navarre pour justifier ses mauvaises décisions.
Témoignage 57-Amertume- (p252) la dernière phrase n’est pas terminée, il manque une ligne.
Contenu
Présentation didactique de l’évolution du conflit « Guerre de chevaliers », notamment dans l’avant- propos.
Rédaction la plupart du temps par phrases courtes, apporte au texte de la clarté.
Oxymores (Paras accrochés aux nuages), (La petite tour de contrôle de DBP ressemblait à l’abri du maître- nageur à la Baule).
Fourniture de nombreuses cartes permettant de comprendre l’évolution du conflit.
Belle présentation de la population de l’Indochine « surprenante par sa gentillesse, son éducation, sa culture, son effort au travail ».
Si les témoignages qui mettent en valeur une part d’humanité, ils alourdissent la présentation.(une suite de citations de ces dernières aurait rendu la lecture plus légère) Il y a une difficile synchronisation entre la présentation historique de l’auteur et les témoignages correspondants ; notamment au niveau des dates entraînant des retour en arrière de faits cités, même si les témoignages imagent le texte historique du « vécu » des hommes et des femmes confrontés au massacre.
Nombreux instants de vie cités dans les témoignages, y compris les sabotages de matériels reçus.
La présentation donne l’impression de situations réalistes vécues au jour le jour, quasiment en forme de journal des opérations.
Manque de matériel est le problème le plus crucial. Egalement manque de pilotes.
La mise en valeur des médecins et les conditions de vie des combattants blessés.
Le rôle des femmes à DBP
Synthèse
• Bonne synthèse Historique des trois périodes de guerre et notamment de l’Opération « CASTOR »,
• L’évacuation des blessés, avions pris sous le feu de l’artillerie ennemie,
• L’enfer de la grande marche et des camps de la mort dont on a peu parlé en France, qui valent largement l’holocauste des camps,
• Les conseillers politiques qui n’ont jamais été inquiétés à leur retour en France,
• Les officiers généraux et notamment Navarre chargés de la mise en place et de l’évacuation du camp retranché n’ont pas pris la mesure des forces en présence. (L’opération NA SAN réussie ne pouvait pas se reproduire une autre fois. Sauf quand on a affaire à une suite d’opérations qui se suivent dans un temps très court, ce qui n’est pas le cas de la mise en place de DBP.),
• Le massacre cité dans les témoignages a été à la hauteur de l’erreur et de la naïveté des responsables « Bigeard maudit, tous les cons de Hanoï », et les hésitations de Castries lors de la prise de Béatrice .
• Enfin, l’engagement des forces Chinoises pour le service des pièces d’artillerie semble avoir été déterminant dans la défaite.
Résumé
Beau livre montrant bien le rôle primordial de l’aviation dans les conflits disposant de plus en plus de matériel sophistiqué.



Retour